Une mère tatoue sa fille de 11 ans

Aux États-Unis, Odessa Clay, tatoueuse, a été convoquée devant le tribunal pour avoir tatoué sa fille de 11 ans.

En Caroline du Nord, aux États-Unis, une tatoueuse a de sérieux problèmes avec la police après avoir tatoué sa fille de 11 ans. « C’est elle qui m’a demandé le faire », s’est puérilement exclamée Odessa Clay, la maman de 30 ans. La femme a expliqué à la chaîne de télévision locale qu’elle pensait que les tatouages sur les mineurs étaient autorisés si les parents donnaient leur consentement.

« Je n’ai dessiné que le contour du cœur »

Étant donné qu’il s’agissait de sa propre fille, la jeune maman n’a pas imaginé un instant qu’un petit cœur près du coude droit poserait un quelconque problème. Seulement, en Caroline du Nord et dans 13 autres états, les moins de 18 ans ne peuvent pas se faire tatouer et cela même avec une autorisation parentale, parce qu’on estime qu’ils ne sont pas assez matures pour prendre ce genre de décision. Par contre, dans la plupart des autres états, l’autorisation parentale suffit.

C’est Odessa Clay elle-même qui s’est chargée de faire le tatouage, une petit cœur, après avoir consciencieusement endormi le bras de sa fille. « Je n’ai dessiné que le contour du cœur, mais je ne l’ai pas rempli », raconte Odessa Clay. « Ma fille n’a ressenti aucune douleur », ajoute-elle. Étant donné qu’elle n’a été arrêtée qu’un an après le marquage de sa fille, Odessa Clay soupçonne un membre de sa belle-famille de l’avoir dénoncée à la police. Elle a notamment déposé une plainte contre son beau-père. Malgré tout, la jeune femme devra se présenter devant le tribunal dans un mois.

Une autre affaire pour un tatouage moins discret

Seul « point positif » dans cette affaire, le tatouage incriminé est minuscule. Il y a quelques mois, toujours aux États-Unis mais à Washington cette fois, un garçon de 13 ans était rentré d’un petit séjour qu’il avait fait avec un ami de la famille avec un dragon de 15 centimètres tatoué sur la poitrine.

Source: Gentside

Commentez

Cliquez pour commenter

Facebook