Tatouages forcés d’esclaves, de prisonniers de guerre ou de punition

Les tatouages ont aussi été utilisés pour punir certains individus en les marquant de force.

L’histoire n’y trouverait pas son compte si nulle référence n’était faite à l’un des côtés sombres de la nature humaine.

Les Romains tatouaient ainsi les esclaves, les criminels et les prisonniers de guerre. Au Japon, à une certaine époque, les coupables étaient condamnés au tatouage de leurs crimes sur leur front, afin que tous puissent lire clairement ce qu’ils avaient fait.

Au cours de la deuxième guerre mondiale, les atrocités nazies se sont illustrées par le tatouage forcé de prisonniers juifs dans les camps de concentration.

De nos jours, dans les prisons du monde entier, une culture du tatouage et un langage symbolique émerge parmi les populations incarcérées, avec des motifs de tatouage aux significations bien spécifiques.

1 commentaire

Cliquez pour commenter

  • Bonjour chers rédacteurs de Tattoo france !
    Je réalise un TPE ( un travail dans le cadre du bac) sur le tatouage depuis quelques mois, je suis tombée sur votre site par hasard. Je tenais à vous dire que celui ci est très réussit et les articles m’ont beaucoup aidés et m’ont mis sur d’autres pistes de recherches intéressantes.
    Bref j’aimerais beaucoup me faire tatouer un jour, peut être c’est une forme d’art qui m’intéresse , et je sors de ce tpe encore plus enrichit sur le sujet.

    Bonne continuation à vous!!!

Facebook