Arrêtée pour tatouage à domicile

Une jeune fille de Vitry-le-François, qui pratiquait en toute illégalité le piercing et le tatouage à son domicile, a été arrêtée.

Les investigations avaient débuté en octobre 2010, les gendarmes vitryats venaient de recevoir une lettre anonyme dénonçant ces faits : une jeune fille pratiquait le tatouage chez elle sans aucune déclaration, ni respect de l’hygiène. Elle réalisait même des piercings.

Par recoupements divers, les gendarmes ont étoffé le dossier avant de débarquer à son domicile mardi aux aurores, accompagnés de représentants de l’Ursaaf et des impôts mais aussi d’un médecin et d’un pharmacien travaillant pour l’Agence régionale de santé.

Chez elle, ils découvrent tout le matériel pour le tatouage et le piercing. Si la jeune fille a déclaré son activité depuis le 1er décembre, elle remonte clairement à bien plus loin : aux débuts 2008. L’argent engendré par son activité non déclarée est estimé à environ 20 000 euros.

Elle ne respectait pas en outre toutes les règles d’hygiène exigées par la profession. Peu de documents prouvaient la garantie de stérilisations systématiques. Le matériel, qui était réutilisé, comme les aiguilles, les perce-oreilles, l’encre ou encore les manchons, a été saisi et détruit. Certains produits étaient de plus achetés en Chine. La règle demande pourtant à ce qu’ils soient conformes aux normes européennes. Une autre partie du matériel a néanmoins été rendue car elle s’avérait en règle.

Placée en garde à vue, la jeune fille aurait reconnu les faits. Au total, douze infractions ont été retenues à son encontre dont le travail dissimulé, la tromperie sur la nature et la qualité du service rendu, la mise en œuvre du tatouage sans prévenir le client des risques possibles encourus, le non-respect de l’hygiène et enfin, l’utilisation de matériel non-conforme. Rien que pour le travail dissimulé, la jeune fille encourt une peine de 3 ans et une amende de 45 000 €. Elle sera jugée au tribunal correctionnel de Chalons en Champagne le 24 août prochain.

Source: L’union

Commentez

Cliquez pour commenter

Facebook